CRITIQUE EXPRESS:A LA DERIVE de Baltasar Kormakur ****

A LA DERIVE de Baltasar Kormakur

QUAND ON EST AMOUREUX ****

  • SHAILENE WOODLEY
  • SAM CLAFLIN

Navigant sur le Pacifique, Tami et Richard se retrouvent après un terrible ouragan, avec leur bateau détruit et surtout de graves blessures pour Richard. Ne reste plus à Tami que son instinct de survie et la force de son amour pour s’en sortir…

À la dérive : Affiche

CLIQUEZ ICI POUR VISIONNER LA BANDE ANNONCE

Alors voilà typiquement le film que je pense juste apprécier et qui en fait me fait chavirer le coeur jusqu’à la dernière minute.Je me suis faite avoir, transporter dans ce drame flirtant certes avec le mélo amoureux, mais c’est fait avec tant de réussite que j’avoue avoir plonger direct dans cette si belle histoire d’amour et de soif de vivre.

Dès le début, le réalisateur ( à qui l’on doit le moyen EVEREST) plante le décor. Le soleil, le Pacifique, Tahiti et ses couleurs qu’on croit sortis d’un rêve… Et puis cette rencontre entre Tami et Richard, convenue evidement mais on y croit dès le départ. Le couple formé par Shailene Woodley et Sam Claflin y est pour beaucoup.

L’alchimie est juste parfaite entre les deux et ce point est à mon sens la réussite de ce film. Il fallait ça pour que l’on vibre, on pleure ( et oui vous allez pleurer un tout petit peu:), on rêve.Shailene Woodley, découverte dans la série LA VIE D’UNE ADO ORDINAIRE, révélée dans le très réussi THE DESCENDANTS de Alexander Payne ( non je ne dis pas ça uniquement parce qu’il y a George Clooney, ou alors juste un petit peu:) ou le sublime SPECTACULAR NOW de James Ponsoldt et juste bouleversante dans NOS ETOILES CONTRAIRES de Josh Boone, est de tous les plans.Elle va tenir le film avec force et fragilité, tout comme son personnage.Elle y est juste impeccable et dévoile ici qu’elle peut prétendre à une belle carrière.Sam Claflin,joue le beau gosse sorti de nulle part , doux, attentionné, rêveur et romantique, tout à l’opposé de ses personnages précédents. Légèrement muffle dans AVANT TOI de Thea Sharrock,coureur dans LOVE,ROSIE de Christian Ditter ou arrogant dans HUNGER GAMES,L’EMBRASEMENT de Francis Lawrence, ici il adoucit son jeu et ça fonctionne.Il incarne parfaitement l’homme pour lequel Tami ne va cesser de se battre et qui grâce à  son amour, va lui permettre de dépasser toutes ses limites pour survivre.

De plus, Baltasar Kormakur, a su insuffler à son film une tension dramatique par le choix judicieux de nous conter cette histoire à l’aide de flashback, parsemés inteligemment et toujours utilisés à bon escient.Cela rajoute au récit une force dramatique et un final magnifique et bouleversant.

Bref, je n’ai vu que des qualités à ce long métrage qui m’a permis de voyager, de rêver et de vibrer plus que je ne l’aurai imaginé. Pour moi, c’est à ça que ressemble la magie du cinéma…A LA DERIVE est la belle surprise de ce début d’été…

 

Publicités
A propos deborahlempire 128 Articles
Je m'appelle Déborah et comme vous avez pu le remarquer, j'aime beaucoup les films de filles! Mais ce que j'aime encore plus, c'est pouvoir partager mes coups de cœur et conseiller les gens comme j'aimais déjà le faire dans mon vidéo club et ce pendant presque 10 ans. Alors ce blog est pour moi une continuité logique et naturelle, j'espère qu'il vous plaira et vous permettra de passer de bons moments avec une copine,d'avoir la pêche, de revisiter vos classiques, de pleurer d'émotion, de rire, ou de vous régaler de chocolat sous la couette devant un bon film( cliché, je sais, mais levez la main celle ou celui qui n'a jamais fait ça!;) Bref, bonne lecture!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.